Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenu

  • : D. ambulante
  • D. ambulante
  • : Tout un unirêve à visiter...
  • Contact

Salutations,

Rechercher

Archives

20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 23:29
Voilà la phrase que je retire de certaines oeuvres présentées au Salon d'art contemporain de Montrouge où l'avatar de la crotte est décliné sous tous ses aspects.

Alors quoi , la vie c'est de la merde ? On en voit partout alors pourquoi pas en art ? C'est ça ? Non parceque je ne comprend pas. Qu'on ne s'étonne pas que le public large pense réellement que   "l'art contemporain c'est de la merde". C'est bien ce qu'on lui montre. On se moque de lui. De ce bas peuple qui ne comprend rien a l'art. "Il ne peut pas comprendre"... Bon et quand est-ce qu'on arrête de se moquer du monde ? L'art est à tout le monde et pas seulement à ces artistes pistonnés et tout droit sortis de leurs écoles friquées et qui peuvent se permettre de chier sur ce qu'il y a de plus beau en prétendant faire quelque chose de créatif !

J'ai vu de très belles choses (heureusement...) , originales et pleines d'humour en cotoyer d'autres qui sont là, tel un cheveux sur la soupe. Eh même c'est l'inverse. Ce sont les oeuvres que j'ai le plus appréciées qui sont les moins nombreuses et contrastent avec le caractère scathophile omniprésent du salon.
Non vraiment, la question se pose réellement après ça :

Qu'est-ce que l'art (bon sang) !?


C'est très subjectif bien sûr.
Pour moi l'esthétique est un trait propre de l'art... mais pas pour eux apparemment.

On se demande ce qui leur est passé par la tête. Des grabouillages d'enfants sont affichés sur les murs de ce grand salon si réputé tels de grosses blagues voire tel une insulte immense ; une provocation envers l'art lui même plus qu'en vers le monde qui lui tourne le dos.

C'est la première fois que je me rend à cet endroit et j'ai été vraiment déçue. Finalement c'est mitigé car à la fois je comprends pourquoi j'en ai été refusée et à la fois je jalouse ces artistes qui me semblent si ... pas artistes finalement.
En tout cas, ma candidature ne passera pas inaperçue l'an prochain. Car si le but est de se faire repérer par n'importe quel moyen sauf notre talent artistique, je sais faire !

L'art dit-on c'est l'émotion. Le sensitif qui stimule nos sens et remue quelque chose en nous. Ici, on ressent de l'émotion c'est sûr, mais ce n'est pas très varié : dégoût, dégoût et dégoût. Tu parles  d'un enrichissement culturel ! Tu parles d'un dégradé d'émotions. Tant de supports, de matériels, d'énergie (parfois pas tellement, ils se sont pas foulés) pour ça ! Contrairement à ce que proclame le salon les matériaux ne sont pas tellement mélangés entre eux. Ça reste très catégorisé et c'est moche... alors bon... je ne comprends pas.
 
MAIS ENFIN BATTEZ VOUS POUR LA BEAUTE  et l'AMOUR ! Le laid on le voit partout, ça serait de l'art donc si je suis l'axe de cette exposition ? Un désastre, un scandale, une honte. En tout cas le nom du lieu, la Fabrique, est bien trouvé : C'est une véritable usine à crottes, un amoncellement de déchets inommables !


Enfin... où va-t-on franchement ?
Ils se prennent pour les nouveaux dadaistes, les provocateurs de notre temps ? Ce ne sont que des prétentieux qu'un jury d'aristocrates sponsorise !

Mais pitié ne me laissez pas là, dans ce tas de merde. Ne me laissez pas pourrir dans la fosse putride de l'ignorance mais surtout , pire, ne me laissez pas fleurir sur cet amas inesthétique et malodorant de l'art contemporain que nous présente aujourd'hui le salon de Montrouge.
Les artistes de demain ? J'espère que non.

J'aimerais voir de belles choses, j'aimerais créer de belles choses et qu'on apprécie ces objets d'art qui respirent la vie et l'espoir.


Au diable la contemplation du laid!
On sort de là avec le coeur dans les talons. On a envie de vomir ce qu'on a vu.

Heureusement, il y a de belles créations et je ne veux pas généraliser mais mon impression globale a été celle-ci. J'en suis autant affligée que vous et vous prie d'excuser ce texte incendiaire qui me vient du coeur. C'est ma passion qui parle et se défend. Il est tellement dommage de laisser se cotoyer abomination de l'être et talent luminescent sur les mêmes murs.


C'est bien qu'ils s'expriment ces gens là, mais qu'ils laissent ça chez eux. Les peintures de mamie on les connait déjà par coeur. On en a vu plein nos salles de séjour !
Qu'elles laissent la place à celles qui ont quelque chose de novateur à présenter !
Qu'ils laissent place aux Gibouilles !


Sauvons l'art contemporain par pitié. J'ai peur pour lui.
Il nous le rendra.

D.


Partager cet article

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.notée
commenter cet article

commentaires

Francis Manfredi 20/03/2014 15:51


Tu as tout à fait raison....


 

jyerre84 04/06/2012 19:22


Dès l'Antiquité, l'art c'est intéressé à ce qui est laid, fait peur, dérange. En fait à ce qui est sensible "Aesthesis", mot grec, est à l'origine de ce que l'on appelle l'esthétique : le
sensible (il donne aussi anesthesique pour ce qui supprime la sensibilité. L'intérêt c'est que la votre reste intacte.


Il y a eu les nains priapiques, l'art du retable d'Issenheim, celui de Bosh, les grotesques du manierisme, des cavaliers de l'Apocalipse de Fragonard (l'autre) utilisant des cadraves d'hommes et
de chevaux, la leçon d'anatomie de Rembrandt, les têtes de décapités de Géricault, puis, Goya, la préface de Cromwell de Hugo, l'urinoir de Duchamp, Manzoni, le Cloaca de Wim Delvoye et tant
d'autres…
Je renvoie sur un livre récent de sociologie "cet obscur objet du dégoût" de Julia Peker qui elle même cite Freud et la scatologie enfantine…
Pour "peser" l'art contemporain, c'est vrai il faut aujourd'hui  mesure et recul. Mettre en perspective l'œuvre dans une histoire, la situer dans un contexte. L'art n'a plus obligatoirement
sa fonction magique qu'il pouvait avoir à la préhistoire. Il n'a plus sa fonction de promotion d'une élite de princes ou de marchands comme il l'avait au temps des papes Medicis, il n'a plus
forcément le même impact à enseigner une morale tel que l'aurait voulu Napoléon, Hitler, Staline, … Il se libère peu à peu de ce qui a pu être de règles religieuses, politiques… À une époque où
l'intelligence fait le monde, il ne peut plus être seulement à fleur de peau.
Je ne sais pas si c'est bien, bon ou si cela doit être encore beau comme Kant l'aurait défini ou Idéal comme Platon l'attendait. Souvent le problème que NOUS rencontrons est que l'art
contemporain nous dérange par l'inattendu d'une autre forme de pensée. Le Triton dérangeait en musique. Aujourd'hui il est plus qu'admis. Je renvoie sur "Histoire de la Laideur" de Umerto Ecco et
les écrits de Murielle Gagnebain sur l'œuvre de Goya…

Laurier 08/01/2012 20:23


Les chantres de l'art contemporain posent le postulat que l’art doit s’abaisser au vulgaire et non pas élever le vulgaire, en somme c’est du nivellement vers le bas, une torsion malsaine du
concept de démocratisation de l’art cher à Malraux.


Qu’est ce que l’art contemporain ? Réponse: l’art subventionné.


Une bulle spéculative. L'art officiel de la société mondialisée.


Et (très souvent) de la merde. L'art a toujours été, et sera toujours, à l'image de son époque.

paluchon 21/04/2011 03:28



L'art contemporain s'éloigne des émotions, c'est pas vendeur les émotions parce que difficilement installable dans ton salon Ikea. L'art est devenu un produit commercial, que personne ne
comprend, pas même les collectionneurs. Plus le concept est con, plus ça attire les gens riches. Fuyons l'art contemporain et laissons-nous emporter par nos sentiments.


La merde est finlement le meilleur paradigme de l'art actuel, puant.



chris 29/05/2009 16:42

"En tout cas, ma candidature ne passera pas inaperçue l'an prochain. Car si le but est de se faire repérer par n'importe quel moyen sauf notre talent artistique, je sais faire !"Comme tu as pu le voir par toi-même, il y a un gros niveau en terme de n'importe quoi. Et pour avoir cotoyé quelques producteurs de ces bouses artistiques, je peux t'assurer que c'est un challenge véritable que de les dépasser dans leur discipline.Art n'est pas synonyme de Beau. Ce n'est plus non plus synonyme d'un certain savoir-faire. Il y eu un temps où l'Art Contemporain était une réflexion plastique, mais tu semble dire que cette époque est révolue.A mon avis, l'Art est mort, vive l'Art.Pourtant, dans cette société où les stars sortent de TV-réalité, où les vidéos de "Régis fait un faceplant" se multiplie sur Youtube, où la presse people connait un essor sans précédent, dans cette société de l'inutile, l'Art devrait bien avoir sa place.PS : Maudits soient tous les illettrés qui passent leur temps à mettre des "s" à la place des "ç" et réciproquement (ça c'est ma petite gueulante perso, il fallait que ça sorte).

D.ambulante 31/05/2009 11:10


Pour ta première remarque, j'en conviens.

Quant à la deuxième, j'ai bien précisé qu'il s'agissait là de ma propre définition de l'art. En tant que matière subjective, j'ai le droit d'affirmer que pour moi il doit être comme ceci ou
cela.

Si l'art est mort, alors je porterais son deuil et jamais la gloire de son successeur que je ne suivrais pas !

ps: Je suis bien d'accord avec toi même si en effet, ça n'a rien à voir !