Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenu

  • : D. ambulante
  • D. ambulante
  • : Tout un unirêve à visiter...
  • Contact

Salutations,

Rechercher

Archives

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 23:16
Oui bon on est mardi je ne m’y ferais jamais… au temps, j'entends.

J'entends de la musique. Elle est belle, elle est même bizarrement belle. Tout comme le spectacle de ce soir. Mitigée je suis, plein de choses à dire il y a. Mitigée ? Non, il y a des plus et des moins et pourtant j’aime.

Pourquoi ? Parce qu’il y a le talent et à partir de ce moment. J’aime passionnément. Le spectacle, Marie-Louise, se construit autour de peintures divers (les choix resteront inexpliqués jusqu’à ce qu’il ne le soient plus et alors j’ajouterais peut-être quelque chose à cet article, mais je n’aurais pas aimé que les explications polluent mes impressions.). D’ailleurs quelque chose me trouble et me dérange peut-être dans ce genre de représentations de représentations elles-mêmes de représentations…( Là je pourrais aller loin sur la question de la représentation, le talent à reproduire l’identique, à nous faire « croire » est « magique » et le talent à déformer ? Quel est-il ? Ce sont de très lourdes questions certainement à développer… hum… plus tard.)

La pièce s’ouvre sur une vision de folie absurde complètement cauchemardesque et traumatisante. Les hommes sont pris de folie animale (quel bel oxymore !). Déshumanisés, ils ne sont pas bêtes non plus. Ils me font peur voire me terrifient. D’autres images, que je comprends moins et qui ne m’interpellent pas, se succèdent. Il y a aussi cet instrument à voler, comme c’est beau ! Comme c’est poétique ! Mais comme c’est triiiiiiiiiiste ! Eh OUI ! Comme c’est triste pour nous spectateurs de regarder ces êtres magnifiquement beaux et gracieux réaliser ce dont on rêve. On veut voler nous aussi, même si on n'est pas merveilleusement élégants et talentueux !! Les personnages sont beaux, ils jouent avec leur corps qu’ils savent rendre même moches. C’est étrange. Le corps est peut-être ce qu’il y a de plus laid et de plus beau à la fois. D’ailleurs ces deux hommes qui s’affrontent en duel aux échecs sont beaux ! Même avec leurs chemises de satin si féminines soient-elles ! Le talent me fait tout oublier, je suis prise par leurs mouvements, leur force… J’en oublie le ridicule. Non pour moi ils ne sont pas bouffons ! Et je voudrais même qu’on me porte, qu’on m’emporte.

L’avant dernière scénette est effrayante aussi, mais différemment. Elle me touche. Successions d’images subliminales terribles… je vois presque où la chorégraphe veut en venir. A cette fin. A ce radeau de la méduse qui est l’apogée sublime. Ultime beauté. La dernière impression me fait aussi apprécier ce spectacle. Et non dépourvu de message : solidarité, solitude… waaa c’est beau !

(Pas de photos, hélas, plus de batterie ! Sacrebleu).

Par ailleurs je préfère encore ne pas aimer un spectacle que lui rester indifférente.

La semaine dernière je suis allée voir l’Importance d’être Constant, non pas que je n’ai pas aimé mais cela ne m’a pas chavirée ( Voilà ce qui me plait c’est d’être déstabilisée, chamboulée, anéantie ?) . Donc c’était un moment agréable de divertissement. Un vaudeville plaisant. Une pièce qui fait rire. La mise en scène plutôt classique et neutre manque un peu d’originalité à mon goût. C’est un avis strictement personnel. Mais le jeu me parait trop propre et les corps n’ont pas cette présence imposante comme c’est le cas dans certaines représentations actuelles (Marie-Louise par exemple utilise à merveille cette notion de PRESTANCE !). Le décor est riche, les costumes sont beaux et les acteurs sont célèbres. Ca n’y est pas pour rien dans le prix de la place je pense. Pourtant cela ne m’a pas fait plus apprécier cette pièce qu’une bonne petite création inédite et émouvante par ses métaphores et l’univers poétique propre au théâtre qu'elle convoque et que j’aime.
Enfin, je n’ai pas de défaut, à proprement parler, à énoncer dans cette pièce, c’est donc une question subjective.
Qu’en pensez-vous ? 

(hIP hip hIp Hourra j'ai enfin réussi à trouver le temps pour mettre quelques photos. )
 
 

t

t

t

t

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 20:38
Bienvenue dans le monde imaginaire de votre enfance…laissez vous prendre au jeu, laissez lui une chance… On glisse peu à peu vers un nouvel âge et l’on voit qui à abandonné sa jeune âme au profit d’un tempérament trop sérieux. Laissez donc parler ce langage de signes et d’images poétiques… laissez parler l’enfant qui est en vous… Il n’est pas trop tard… Celui-ci n’est pas rancunier, même si vous lui avez dit au revoir. Ce soir, appelez-le, il reviendra vite à grandes enjambées. 
Laissez vous porter…imaginez… vous avez devant vous le mime qui saura vous guider ! Non, le rêve ne prendra pas le dessus, l’enfant en vous bayonné ne vous en voudra plus et ce cerbère bruyant sera dompté par votre âme à nouveau candide.

Imagine toi
, " imagine que moi je suis le héros, et viens on dit que toi t’es le méchant…  Allez on dit que je t’ai tué "… Laissez vous prendre au jeu de l’imagination… un jeu pour les grands… on l’oublie tellement souvent.

 Julien Cottereau vous demande de bien vouloir venir jouer avec lui sur la scène, dites-lui OUI, osez accepter le défi. Dansons sous la pluie de son imagination, nous ferons les gouttes et il fera Gene Kelly.
 
 

BONZOM


(les enfants ont moins de mal que leur parents à entrer dans le jeu c'est pourquoi c'est avec eux qu'il ouvre le bal ?)


BONZOM

(Prenons la pose devant un appareil photo imaginaire, ho... mais notre cher clown ne savait pas que j'étais là pour le photographier, pour de vrai ! )


BONZOM

(Un baiser ? haha... imaginaire ? même pas ? ça c'est un refus bel et bien réel... ça me rappelle la chanson de Lynda Lemay... "Mon fils est un mime...il offre des fleurs... imaginaiiiires" ah elle n'aurait pas été déçue pour le coup, Julien Cottereau récolte de véritables sourires)


BONZOM


(Monsieur à choisi d'abattre ce pauvre toutou imaginaire... oui parfait, qu'il vienne donc le faire lui même... C'est tellement facile de prêter des mots au langage de notre clown qu'on se demande comment il arrive, lui, à réussir cet exploit de s'en passer !! )


BONZOM

(Monsieur c'est carrément pris au jeu, c'est un fantastique duo que voilà ! BRAVO )


BONZOM

(Des indications scéniques muettes... pour une comédie parfaite !)


BONZOM

(Un superbe travail de synchronisation pour le doublage des personnages/spectateurs qui ont accompagnés notre talentueux bruiteur ! )


BONZOM

(Et oui, et oui on applaudit l'artiste... comme quoi il suffit de se laisser aller)


BONZOM

(Ah oui oui mademoiselle, c'est bien vous qui allez devoir mimer la DED  (accrocs d'Hercule comprendront...) )


BONZOM

(TADAM , et voila le résultat, schéma actantiel, un héros , un opposant, un adjuvant... et voila, le tour est joué ! )

BONZOM

BRAVO !!

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 22:45
Petit théâtre en solitaire ! 
Enfin j'ai pu le faire !
Qu'est ce que j'en suis fière !


http://visioscene.com/flash/visio.swf?R=177&V=13&B=18&chemin=ba15/&spectacle=1539%20<http://visioscene.com/flash/visio.swf?R=177&V=13&B=18&chemin=ba15/&spectacle=1539

Cette pièce m'a beaucoup plu, car étudiant le texte au préalable cela m'a permis d'être, face à certains choix de mise en scène, beaucoup moins perplexe que d'autres spectateurs dont j'ai entendu les remarques à la sortie. 
Par ailleurs la mise en scène de Filip Forgeau m'a paru très audacieuse et pourtant elle adhérait parfaitement au texte marivaudien du XVIIIe. Comme quoi il était déjà très moderne (Des passages ont en outre été ajoutés mais toujours dans la continuité de Marivaux... je pense qu'il s'agissait là de guide pour la lecture de cette mise en scène particulière.) Cette musique, prenante, entraînante, cette candide folie ambiante, il est vrai nous plonge dans un Alice au pays des merveilles effrayant. Ce qui, pour moi a toujours d'ailleurs été le cas. Le metteur en scène accentue le caractère monstrueux que prennent les personnages et la tonalité dramatique connotée par Marivaux que l'on prend souvent sur un ton trop léger de badinage. Une frénésie extatique (ah j'avais envie de dire ça ) qui nous donne bien envie de réfléchir sur nous même. Une pièce qui nous donne des éléments de réponses à ces questions...mais qui en brouille aussi les pistes... C'est à nous de décider d'être ce que nous voulons (Personnellement j'y ai trouvé une réponse). 

"On se soucie bien moins de se connaître que de jouir."

Ah oui ? Vraiment ? Je ne suis pas d'accord...


ps: Il faut arrêter de brider les artistes avec des interdictions aussi frustrantes que celle de ne pas prendre de photos sans flash ! Non mais vraiment ! Laissez-nous créer c'est notre air !!! Vous vous privez vous même d'une fort bonne publicité ! (:p huhu sans me vanter ! ) 
Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 22:20

 

 « Quel sombre héros ! » « Chapeau le jeu de mot ». 
Et cette coïncidence significative… Cette pièce à ce moment où les ombres me hantent et me dirigent comme autant de comparses… Ces ombres qui m’accompagnent, qui sont toujours là, avec moi. Avec chacun d’entre nous. Ces questions auxquelles résonne un écho de réponse… 

Soyez en quête du sens car il y en a toujours un. 

sombrero
 
(Les photos étant interdite voici une image dont le rapport est infime : l’ombre d’un ange gardien… Cette ombre capturée quelques jours auparavant… 
coïncidence étonnante une fois de plus c’est un cygne je pense. )
 
 
Je cherche mon nombr-il parmi un nombre infini d’ombres…
Toute ma vie respire sur ces planches… De mes cauchemars d’enfants à ces ombres de chairs qui me glacent le sang. Les ombres de nos pensées sombres qui nous collent aux basques…

Dans cette pièce (comme dans chaque espace finalement…) nous passons de "la lumière en un éclair au chocolat… "
C’est merveilleux, c’est magique, c’est réel. C’est nos yeux qui se ferment en restant ouverts et qui voient ces caléidoscopes colorés pour la première fois. C’est cet esprit libre de poésie et délire (amusant, étonnant et parfois effrayant) fantasmagorique qui cohabitent comme en nous même. Comme en chacun. 
Pour une fois ce n’est plus nous qui habitons une pièce mais la pièce qui nous habite et nous raconte… Individuelle… Ces jeux d’enfants, ces ombres chinoises sur le mur, insaisissables comme la quête avenir du bonheur, illustrée, elle aussi, à merveille.

Ce sont des syllepse à chaque image. Des figures et du style. Du rêve éveillé, de ces songes cauchemardesques et de ces songes inavoués. 
On nous transforme, on nous transporte. Marionnettes de ces mains gigantesques. 
Le théâtre est un voyage et j’adore voyager.
     


http://www.evene.fr/culture/agenda/le-sombrero-10816.php

 
Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 23:18

A LA RECHERCHE DE JOSEPHINE 
de Jerôme Savary
http://www.alarecherchedejosephine.com/

Un spectacle éblouissant par ses paillettes et son énergie. Il nous entraîne dans l'histoire du Jazz et notamment de Joséphine Baker sans que jamais l'on ne décroche une seconde. On en ressort léger, avec un sourire qui ne veut pas partir, une envie de danser et d'aimer... oulah je m'emballe...
ALORS un mot : BRAVO !
J'ai adoré ! (Qui a dit que je savais compter ? :p)

Quel meilleur évènement pour fêter le retour en force de mon appareil que celui-ci ? 


Des claquettes, de la musique ébouriffante, des voix à couper le souffle,  des acteurs époustouflants, des danseurs enivrants, de la beauté, de l'humour, du cabaret, des sublimes costumes, des sourires, de l'émotion,  bref ... de la magie (au sens propre un peu caricaturée, mais oui un spectacle magique qui agit comme un dosmilenis, c'est en ça qu'il est magique )



jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

 

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo

jo 

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 11:05

 

Marionnettiste enchanté,

raconte-moi des histoires, des contes de fées.

Guide nos pensées

jusqu'à cet univers où l'on peut voler 



symb


Une ombre,

ta main devient ce père à la recherche de son enfant perdue

 une chaussure se transforme en la montagne qu'il doit escalader...

 


symb


Notre imagination en symbiose avec la tienne

nous fait voir en ce décor de toiles tendues

un arbre, un désert, un souterrain,

 


symb


Ton regard se dédouble, se multiplie à l'infini,

ta voix se transforme,

tu es tous ces personnages à la fois.

tu es magique.

 

symb

Étonnant, sous l'eau encore

tu sais parler, tu sais envoûter...

 


symb


Les enfants absorbés

confirment cette idée...

 


symb


Tu manipules délicatement

ces créatures, leurs donne une âme

et nous charme.

Merci

symb

 

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 10:02


Petite promotion pour petite troupe de théâtre en expansion !

http://lesquatrelles.canalblog.com/

Allez y faire un tour !

C'est vraiment bien ce qu'elles font.

Je suis allé voir Hard Copy c'est très intéressant, très bien joué et très prometteur.

Je guette d'ailleurs les prochaines dates des prochains spectacles !

 

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 09:47

Il est où le prince charmant
le chevalier servant
qui sacrifierait son coeur
pour sauver mon honneur.



banniere


Il est où l'amoureux fou
qui était prêt à tout
pour sauver mon âme
et protéger sa flamme.



banniere


Mais où est le poète passionné
et ses vers emportés
qui nous font planer ?



banniere


Où sont les roses pourpres
et leur parfum entêtant?



banniere


Où sont enfin tes belles paroles
Et ton amour propre.



  banniere


Où est le héros antique
Courageux, preux et romantique ?



 banniere


Celui qui sacrifierait sa vie
pour un amour platonique ?



banniere


Où est-il sinon sur les planches d'un théâtre doré ?

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 19:55

Un terrain vague, et des danseurs.

Une recette explosive, délires artistiques d'une folle malice, 

Dans quel monde sommes-nous ? Comment , De quelle manière,

et par quels mystères y sommes-nous arrivés ?

Excentrique créature, aux multiples bras et  aux visages pluriels,

Que vas-tu nous montrer ? Quelle histoire nous as-tu inventée ?

Une merveille, une capture sensorielle,

En aurais-je plus de cinq de ces sens enivrants ?

Que m'as tu donné ? Ou que m'as-tu pris ?

Transpercée , envoûtée, échappée belle,

OUF il s'en fut de peu, ton ombre déguisée,

Souplesse du mouvement, tu t'ai échappé,

Et m'as abandonnée, face à la réalité,

des fauteuils et une scène, désertés.

 

terr

 

 

terr

 

terr

 

terr

 

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 10:12


Je cacherai mes peurs sous le tapis pièce de Cyril Viallon aborde le thème du rêve et du cauchemard à travers une représentation fondée sur la danse contemporaine. Pour décor une toile blanche qui tour à tour devient tapis, lit ou encore nuage. Cela grâce à l'utilisation du support video ou encore de bouches d'air... Enfin  une heure sympathique et captivante à passer en bonne compagnie ; )

Je vous présente Abigaël, l'héroïne, qui va apprendre a se défendre contre ses propres ombres: 


Tatre Tatre Tatre


Les ombres en question, ici présentent au sens propre et figuré


Tatre


Tatre


Le sommeil, un des personnages principaux, qui se joue de nous...et bien souvent nous transporte dans une autre monde :



Tatre

 


 Tatre


Un monde, où tout est possible, même bondir dans les nuages:



Tatre


Quelle grâce...


Tatre


Le lit, où l'on s'éveille, tout désorienté, merci Abigaël.


Tatre 

Repost 0
Published by D.ambulante - dans D.dramatisée
commenter cet article